Pôles de recherche |

Asie centrale et Caucase

Responsables: Stéphane A. Dudoignon et Alexandre Papas

Membres: Rémy Dor, Cloé Drieu, Vincent Fourniau, Étienne de La Vaissière

Membres associés: Leila Chérif-Chebbi, Anne Ducloux, Frédérique Longuet-Marx, Gilles Riaux, Édith Ybert, Ariane Zevaco, Marc Toutant

Doctorants : Hawzhin Baghali, Jérémy Bridier, Émilie Certain, Kristina Kovalskaya, Tatiana Malakhova, Yana Pak, Mukaram Toktogulova

Les projets du pôle pour les cinq prochaines années tracent des perspectives dans la continuité du précédent bilan tout en resserrant et renouvelant ses axes de recherche. Ainsi, le premier axe étend considérablement la chronologie et fait appel à la philologie et la linguistique ; le deuxième intègre Asie Centrale et Caucase privilégiant une anthropologie historique ; le troisième associe également les deux aires et les prolonge en mobilisant ethnographie et sociologie intellectuelle.

Axe 1 - Histoire médiévale de l’Asie centrale (IVe-XVIe s.)

 

Étienne de La Vaissière, tout en poursuivant ses deux séminaires à l’EHESS, achèvera une monographie sur l’Asie centrale médiévale intitulée Espaces et réseaux : l’Asie centrale, IVe-XVIe siècles. Il publiera en outre les actes d’un colloque récent : Shifting Frontiers - Current Issues in the History of Early Islamic Central Asia. De son côté, Rémy Dor inaugurera des recherches sur les relations entre l’Asie centrale et le Tibet à travers l’impact des dogmes, doctrines et pratiques tengristes (voire chamanistes) issus du monde altaïque sur l’émergence du Bön, religion antérieure au bouddhisme tibétain.

L’empire timouride (XVe-XVIe siècles) fait l’objet d’un projet collectif dirigé par Alexandre Papas et Thibaut d’Hubert autour du polygraphe ‘Abd al-Rahman Jami. Il s’étale sur trois ans avec un premier colloque qui se déroulera à Chicago suivi d’un second à Paris. La troisième étape sera l’élaboration d’un ouvrage collectif en anglais. L’histoire culturelle timouride sera au cœur des recherches de Marc Toutant (participant du projet « Jami ») qui a soutenu sa thèse en 2014. Ce dernier la prolongera en la publiant au cours du quinquennal.

Axe 2 - Constructions identitaires et déconstructions politiques (XVIIIe-XXIe s.)

 

 Vincent Fourniau publiera une monographie intitulée Identités collectives en formation en Asie centrale, XVIIIe-XIXe siècles, tâche qui sera complétée par un projet collectif sur la territorialité et les identités collectives en Asie centrale en 1800, d’abord sous la forme d’un séminaire à l’EHESS associant des collègues européens et d’Asie centrale, donnant lieu, ensuite, à une publication collective.

Cloé Drieu concentrera, elle, ses recherches sur les débuts du XXe siècle avec deux projets. Le premier, individuel, consiste en la préparation d’un livre consacré aux révoltes de 1916. Dans une perspective plus large et à l’aide d’un second séminaire collectif sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences à la fois en Asie centrale mais également dans l’Empire ottoman, elle étudiera la question de la participation des combattants de culture musulmane aux deux guerres mondiales, aux guerres civiles européennes du XXe siècle et aux guerres de décolonisation.

C’est également l’histoire sociale de la guerre qui motive les futures recherches d’Anne Ducloux, qui s’intéressera plus précisément à la mémoire de la guerre soviétique en Afghanistan (1979-1989), entretenue par les familles ouzbèques musulmanes vingt-cinq ans après.

Après sa soutenance de thèse, Ariane Zevaco mènera plusieurs projets de recherche tant historique qu’anthropologique sur le Tadjikistan et l’Afghanistan contemporains. Elle travaillera de façon personnelle sur les musiciens affiliés à ces cercles ainsi que sur les pratiques musicales sacrées ; également sur les cercles de sociabilité littéraire au Tadjikistan, en collaboration avec Stéphane A. Dudoignon et dans la continuité avec le projet « Les kolkhozes d’Allah ».

Frédérique Longuet-Marx projette d’élargir géographiquement son champ de recherche à la Kabardo-Balkarie à partir d’enquêtes de terrain sur le développement de l’islam radical en collaboration avec des chercheurs kabardes. Elle envisage en outre de se rendre de nouveau au Daghestan et de pouvoir ainsi entamer un travail comparatif sur le long terme des modes de politisation de l’islam dans différentes régions du Caucase nord de la fin des années 1980 jusqu’à nos jours.

Axe 3 - L’islam : nouveaux objets, nouvelles pistes

 

Outre la continuation d’un travail permanent de traduction d’œuvres littéraires caucasiennes et centrasiatiques mais aussi russes et iraniennes, Stéphane A. Dudoignon associera à un séminaire à l’IISMM (avec Anne Ducloux, Frédérique Longuet-Marx, Alexandre Papas et Thierry Zarcone) deux projets de recherche : le premier, individuel, n’est autre que l’achèvement d’une monographie sur l’hagiographie musulmane soviétique et la typologie du saint de l’islam en URSS. Le second, collectif, porte sur l’islam réformé : discours, réseaux, pratiques, du XVIIIe siècle à nos jours.

Édith Ybert étudiera le réformisme musulman au Caucase, tandis que le réformisme musulman au Xinjiang fera l’objet d’études ponctuelles de la part d’Alexandre Papas. Ce dernier préparera sur le moyen terme un court livre de synthèse sur la figure du derviche.

Repoussant les frontières de l’islam centrasiatique, Stéphane A. Dudoignon achèvera une monographie personnelle en anglais sur les Baloutches, l’islam et l’État en Iran. À plus long terme, cette réflexion sera élargie à l’ensemble des communautés sunnites d’Iran, notamment sous la forme d’une recherche à mener au cours du prochain quinquennal sur le développement du salafisme dans nombre de régions rurales du Moyen-Orient, du Caucase, de l’Asie Centrale mais aussi de la région Volga-Oural en Russie d’Europe.

Alexandre Papas publie un ouvrage avec Lisa Ross et Rahilä Dawut sur le culte des saints au Xinjiang. Il poursuivra ses recherches sur la minorité musulmane salare du Qinghai, en coécrivant avec Ma Wei au moins un article de synthèse.

À un degré plus épistémologique, Stéphane A. Dudoignon, à la suite du projet « Le legs de l’orientalisme soviétique », mènera une recherche collaborative sur le rôle des « experts » dans la gestion publique des discours et pratiques religieuses dans l’ancien espace soviétique.

L’orientalisme sera également au centre des investigations d’Édith Ybert qui, dans le prolongement des recherches précédentes, s’interrogera sur les travaux produits sur le Caucase et la vie des institutions culturelles russes chargées de la mise en œuvre de la « mission civilisatrice » russe dans la seconde moitié du XIXe siècle.

EHESS
CNRS
Collège de France

flux rss  Actualités

Journée d’études turques 2017

Journée(s) d'étude - Vendredi 24 mars 2017 - 09:00Intervenants :Alain Dieckhoff, directeur du CERI, Sciences Po-CERINathalie Clayer, directrice du CETOBaCElise Massicard, Sciences Po-CERI, CNRSBayram Balci, Sciences Po-CERI, CNRSAdrien Fauve, Sciences Po-CERIGabrielle Angey, CETOBaC, Paris Dauph (...)(...)

Lire la suite

Deux projets franco-allemands lauréats de l’ANR DFG

Échos de la recherche - L’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft ont publié la liste des projets lauréats pour l’édition 2016 de l’appel à projets franco-allemand en sciences humaines et sociales. Parmi les 13 projets financés, 2 projets sont coordonnés par l’EHES (...)(...)

Lire la suite

Journée doctorale CETOBaC - CRAG sur les dynamiques contemporaines dans l’espace turc, balkanique et centre-asiatique

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 janvier 2017 - 09:00Pour la deuxième journée doctorale s’intéressant aux recherches sur les espaces turc, balkanique et centrasiatique, le programme s’articule autour de quatre axes qui visent à interroger les facettes multiples des transformations contemporaines (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CETOBaC / EHESS :
190-198, Avenue de France
75244 Paris Cedex 13

Attention changement d'adresse au 1er avril 2017 :

54 boulevard Raspail
75006 Paris

Secrétariat :
etudes-turques
@ehess.fr

Téléphone : 00 33 1 49 54 23 01