Thèses soutenues | 2020

Shiva ROUHOLAMINI

Portrait ROUHOLAMINI Shiva
Docteure
Discipline : Études politiques

Coordonnées professionnelles

shivarouholamini[at]gmail.com

Thèse de doctorat en Études politiques soutenue le 30 septembre 2020 à l'EHESS, sous la direction de Marie LADIER-FOULADI :

Crimes et châtiments. La pratique de qesâs en Iran sous la République islamique : Etat, société et punition

Résumé
 

Depuis son instauration en 1979, la République islamique a fait le choix d’adopter le qesâs ‎‎(la loi de talion) comme châtiment dans les cas d’agressions physiques graves, et se réfère aux ‎textes islamiques pour justifier l’usage qui en est fait. Le principe du qesâs préconise un châtiment ‎physique égal au crime, qui ne peut pas être exécuté sans la demande explicite de la victime ou de ‎sa famille. Ce mécanisme revient de fait à conférer l’initiative de la sentence aux victimes. En ‎pratique, une phase de négociations en dehors des procédures juridiques sépare la prononciation de ‎la peine de son exécution, au cours de laquelle les différents groupes essayent d’influencer la ‎décision de la victime ou de sa famille. En laissant le choix du châtiment d’un crime à des ‎personnes privées, la République islamique délègue aux individus une part de son monopole de ‎l’usage légitime de violence. Cette étude est née du besoin de tirer au clair les raisons pour ‎lesquelles la République islamique a opté pour ce choix. Elle cherche à vérifier l’hypothèse selon ‎laquelle la pratique du qesâs est utilisée en République islamique comme un outil de légitimation du ‎pouvoir dans une stratégie cohérente qui privilégie l’affecte plutôt que la raison. Ce choix s’inscrit ‎dans une stratégie de l’État pour contrôler la société civile, renforcer son pouvoir et empêcher ‎toute opposition, malgré la phase de négociation qui peut paraître un espace de liberté et d’activité ‎pour cette dernière.‎ Le rapport des personnes, des sociétés, et des gouvernements à la justice, traduit par les ‎comportements, les rites, et les lois, est un outil qui nous aide à voir plus clair dans l’articulation ‎des interactions de la société et de l’État. Cette recherche propose d’analyser les actions de la ‎République islamique d’Iran et de la société iranienne en examinant le traitement des cas ‎d’agressions physiques graves par les acteurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’institution judiciaire ‎pénale iranienne. L’analyse se fonde aussi bien sur une série d’entretiens avec des acteurs de la ‎justice, des discours publics des institutions et des acteurs politiques et médiatiques au sujet du ‎qesâs, que sur l’observation d’une série d’affaires survenues au cours des deux dernières décennies. ‎L’enquête empirique s’est notamment concentrée sur la phase de négociation informelle, mais ‎cruciale. Cette thèse fait le choix d’aborder la pratique du qesâs comme un phénomène social total. ‎L’enjeu étant de mettre en lumière les spécificités de cette pratique et de repérer aussi bien les ‎fonctions remplies par la République islamique en tant qu’État que les espaces d’influence occupés ‎par la société. Elle met en particulier l’accent sur la modification de la définition du citoyen et son ‎rapport direct à l’État au profit d’un statut qui n’existe que dans son rapport avec un groupe de ‎parenté restreint. L’examen des actions de la société et de ses réactions à la pratique du qesâs ‎permet de saisir ses questionnements moraux et ses réflexions sur ses droits et son statut, ainsi que ‎la forme de ses tentatives d’actions collectives. Par cette pratique du qesâs, le système judiciaire ‎participe à la création d’un régime d’insécurité et d’instabilité, privant, par là même, la société ‎d’une justice traitant chaque citoyen de manière égalitaire.‎

Jury

  • Mme Marie Ladier Fouladi (Directrice de thèse), CNRS
  • Mme Sarah Ben Nefissa, IRD
  • Mme Nathalie Bernard-Maugiron, IRD
  • M. Hamit Bozarslan, EHESS
  • M. Christian Bromberger, Université d’Aix-Marseille
  • Mme Myriam Catusse, CNRS
  • M. Baudouin Dupret, CNRS
  • M. Luc Foisneau, CNRS

Mots clés

République islamique‎, Iran, Qesâs, Stratégie de pouvoir‎, Régimes autoritaire, Société civile, Justice pénale


 

EHESS
CNRS
Collège de France

flux rss  Actualités

5e Journée doctorale du CETOBaC

Journée(s) d'étude - Vendredi 6 mars 2020 - 09:00Pour la cinquième année consécutive, le CETOBaC organise une journée d'études doctorales, destinée à présenter les travaux des doctorant.e.s du laboratoire et d'ailleurs.Elle aura lieu le vendredi 6 mars, en amphithéâtre François Furet (105 boulev (...)(...)

Lire la suite

38e Festival international Jean Rouch - Cinéma et anthropologie

Projection-débat - Mardi 17 décembre 2019 - 16:30En raison de l'appel a la grève du 17 décembre, cet événement est reporté. Les nouvelles dates seront communiquées prochainement. Merci pour votre compréhension.Le Festival international Jean Rouch, organisé par le Comité du film ethnographique, l (...)(...)

Lire la suite

Soutien du CETOBaC aux candidates et candidats aux concours 2020 de chargés de recherches au CNRS

Communiqué -Avis aux candidates et candidats au concours chercheurs 2020 du CNRS(English version below) Bonjour,Le concours chercheurs du CNRS est à présent ouvert. Les candidates et candidats qui souhaiteraient solliciter le soutien du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasi (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CETOBaC / EHESS :
54 boulevard Raspail
75006 Paris

Secrétariat :
umr8032@ehess.fr

Téléphone :
00 33 1 49 54 23 01

Facebook :
https://www.facebook.com/cetobac/

Twitter :
https://twitter.com/cetobac