Thèses soutenues | 2020

Shiva ROUHOLAMINI

Portrait ROUHOLAMINI Shiva

Coordonnées professionnelles

shivarouholamini[at]gmail.com

Thèse de doctorat en Études politiques soutenue le 30 septembre 2020 à l'EHESS, sous la direction de Marie LADIER-FOULADI :

Crimes et châtiments. La pratique de qesâs en Iran sous la République islamique : Etat, société et punition

Résumé
 

Depuis son instauration en 1979, la République islamique a fait le choix d’adopter le qesâs ‎‎(la loi de talion) comme châtiment dans les cas d’agressions physiques graves, et se réfère aux ‎textes islamiques pour justifier l’usage qui en est fait. Le principe du qesâs préconise un châtiment ‎physique égal au crime, qui ne peut pas être exécuté sans la demande explicite de la victime ou de ‎sa famille. Ce mécanisme revient de fait à conférer l’initiative de la sentence aux victimes. En ‎pratique, une phase de négociations en dehors des procédures juridiques sépare la prononciation de ‎la peine de son exécution, au cours de laquelle les différents groupes essayent d’influencer la ‎décision de la victime ou de sa famille. En laissant le choix du châtiment d’un crime à des ‎personnes privées, la République islamique délègue aux individus une part de son monopole de ‎l’usage légitime de violence. Cette étude est née du besoin de tirer au clair les raisons pour ‎lesquelles la République islamique a opté pour ce choix. Elle cherche à vérifier l’hypothèse selon ‎laquelle la pratique du qesâs est utilisée en République islamique comme un outil de légitimation du ‎pouvoir dans une stratégie cohérente qui privilégie l’affecte plutôt que la raison. Ce choix s’inscrit ‎dans une stratégie de l’État pour contrôler la société civile, renforcer son pouvoir et empêcher ‎toute opposition, malgré la phase de négociation qui peut paraître un espace de liberté et d’activité ‎pour cette dernière.‎ Le rapport des personnes, des sociétés, et des gouvernements à la justice, traduit par les ‎comportements, les rites, et les lois, est un outil qui nous aide à voir plus clair dans l’articulation ‎des interactions de la société et de l’État. Cette recherche propose d’analyser les actions de la ‎République islamique d’Iran et de la société iranienne en examinant le traitement des cas ‎d’agressions physiques graves par les acteurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’institution judiciaire ‎pénale iranienne. L’analyse se fonde aussi bien sur une série d’entretiens avec des acteurs de la ‎justice, des discours publics des institutions et des acteurs politiques et médiatiques au sujet du ‎qesâs, que sur l’observation d’une série d’affaires survenues au cours des deux dernières décennies. ‎L’enquête empirique s’est notamment concentrée sur la phase de négociation informelle, mais ‎cruciale. Cette thèse fait le choix d’aborder la pratique du qesâs comme un phénomène social total. ‎L’enjeu étant de mettre en lumière les spécificités de cette pratique et de repérer aussi bien les ‎fonctions remplies par la République islamique en tant qu’État que les espaces d’influence occupés ‎par la société. Elle met en particulier l’accent sur la modification de la définition du citoyen et son ‎rapport direct à l’État au profit d’un statut qui n’existe que dans son rapport avec un groupe de ‎parenté restreint. L’examen des actions de la société et de ses réactions à la pratique du qesâs ‎permet de saisir ses questionnements moraux et ses réflexions sur ses droits et son statut, ainsi que ‎la forme de ses tentatives d’actions collectives. Par cette pratique du qesâs, le système judiciaire ‎participe à la création d’un régime d’insécurité et d’instabilité, privant, par là même, la société ‎d’une justice traitant chaque citoyen de manière égalitaire.‎

Jury

  • Mme Marie Ladier Fouladi (Directrice de thèse), CNRS
  • Mme Sarah Ben Nefissa, IRD
  • Mme Nathalie Bernard-Maugiron, IRD
  • M. Hamit Bozarslan, EHESS
  • M. Christian Bromberger, Université d’Aix-Marseille
  • Mme Myriam Catusse, CNRS
  • M. Baudouin Dupret, CNRS
  • M. Luc Foisneau, CNRS

Mots clés

République islamique‎, Iran, Qesâs, Stratégie de pouvoir‎, Régimes autoritaire, Société civile, Justice pénale

EHESS

theses.fr

EHESS
CNRS
Collège de France

flux rss  Actualités

Gender and Politics in Contemporary Turkey

Journée(s) d'étude - Lundi 16 mai 2022 - 14:00The international workshop “Gender and Politics in Contemporary Turkey” features the most recent research in the domain of women’s political representation and the transformation of the gender regime in Turkey. The workshop is spearheaded by Cetobac- (...)(...)

Lire la suite

Migrations contraintes en Méditerranée orientale de l’Antiquité à nos jours

Appel recherche - Lundi 30 mai 2022 - 18:00L’École française d’Athènes, en collaboration avec l’EHESS (ANHIMA, CETOBaC, CRH) et l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 : CNRS, École normale supérieure, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) organise un séminaire de formation do (...)(...)

Lire la suite

Table ronde « Histoire culturelle et études aréales : en dialogue »

Table ronde - Mercredi 13 avril 2022 - 15:00Nous avons le plaisir de vous inviter à une rencontre intitulée « Histoire culturelle et études aréales : en dialogue » autour du dernier numéro de la Revue d’histoire culturelle (XVIIIe-XXIe siècles) : https://revues.mshparisnord.fr/rhc/Cette table ro (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Campus Condorcet / EHESS
CETOBaC (UMR8032)
2, cours des Humanités
93322 Aubervilliers Cedex
France
✆ : 01 88 12 04 11
umr8032@ehess.fr

Secrétariat/Communication/Web
Alexandra CARVALHO

Chargée de communication
Chloé LOISEAU

Gestion financière
Delphine LESIEUR

Facebook
CETOBaC

Twitter
@CETOBaC_lab